Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | Faubourg 2/3/4/, la mémoire longue (10-07-2013)

L'oubli ? Faubourg 2/3/4/ y renonce. L'agence parisienne a conçu un nouvel espace mémoriel à Besançon (25). Livré en mai 2013 dans le parc des Glacis, le monument aux lames de Corten célèbre la mémoire de la Grande Guerre. La ville avait jusqu'alors un lieu dédié au souvenir sur la place de la gare qui, réaménagée, obligea la municipalité à réfléchir au «déplacement et à la réinterprétation» du monument. Notice.

Notice Architecturale | Aménagement extérieur/Paysage | | 2/3/4/ architecture

Afin de faire cohabiter dans un espace public un lieu de mémoire et un axe de circulation entre le centre-ville et la gare, un écrin paysagé semi-ouvert au sein du Parc des Glacis a été mis en place.

La création et l’aménagement de ce nouveau lieu de mémoire ont impliqué le déplacement et la réinterprétation des Monuments aux Morts de la ville afin de les préserver de toutes les érosions, celle du temps comme celle de la mémoire collective.

Objectifs de la maîtrise d’ouvrage

La ville et le Grand Besançon ont projeté la réorganisation profonde du site de la Gare SNCF Viotte avec la mise en place d’un futur pôle d’échanges multimodal et une requalification du quartier.

Erigé en 1920 sur le parvis de la gare, le monument aux morts de la guerre 1914-1918 souffrait de son exposition à l’ambiance urbaine et présentait un état de dégradation importante. De plus, avec le projet du futur pôle multimodal compact Besançon-Viotte, il fallait libérer l’emprise pour les nouveaux flux autour de la gare (tramway, bus urbains et interurbains) et permettre la recomposition du parvis et des voiries.

02(@Faubourg234)_S.jpgDéplacement et réinterprétation du monument aux morts

Un transfert de ce haut lieu de Mémoire dans le Parc des Glacis juste en face du parvis a été décidé par la Ville, en concertation active avec les associations des anciens combattants. Il s’agissait de réaliser un nouveau Monument aux Morts reprenant des éléments du monument existant de la guerre 1914-1918, tout en y intégrant ceux de 1939-1945. L’emplacement choisi se situait près du Monument aux Morts d’Outre-Mer situé dans le Parc.

Ainsi, un nouveau lieu de mémoire commun serait créé afin de permettre le déroulement des commémorations dans les meilleures conditions dans un dialogue avec les usages quotidiens du parc.

03(@Faubourg234)_B.jpgAménagement du Parc des Glacis

L’aménagement du Parc des Glacis devait concilier la création d’un lieu de mémoire abritant le nouveau Monument aux Morts et le bon déroulement des cérémonies, la requalification des cheminements doux entre la gare et le centre-ville et enfin la valorisation du parc des Glacis. De ce constat, la Ville a demandé que soit créée une esplanade répondant à ce double usage.

Réponses apportées par la maîtrise d’oeuvre

A l’issue du concours de maîtrise d’oeuvre, l’équipe composée de Faubourg 2/3/4/ (Atelier d’Urbanisme et de Paysage), de SBE Ingénierie et de l’artiste sénégalais Ousmane Sow a été désignée lauréate en juillet 2011.

04(@Faubourg234)_B.jpgLe monument et l’Esplanade : lieu de mémoire et des cérémonies

Au centre du parc, l’esplanade a été travaillée par l’équipe comme une coupe nette dans la topographie, en rappel des tranchées de la guerre mais aussi des remparts de la citadelle de Vauban. Dès l’approche du lieu de mémoire, le cheminement fend brutalement le site et se borde de hautes parois de métal en Corten.

Les plaques des ex-votos du Monument aux Morts déconstruits sont déplacées vers le Musée des Beaux-arts et d’Archéologie. Toutes les épitaphes des deux guerres mondiales sont reprises sur les parois en Corten.

Organisés dans la zone basse de la structure, les noms sont inscrits sans jamais dépasser une ligne sinueuse qui, au loin, représente des silhouettes à échelle humaine.

Le projet prend en compte le déroulement optimal des cérémonies. Il propose à la fois des dimensions suffisantes pour les défilés et leur accueil, une organisation du site permettant de simplifier leur fonctionnement et une monumentalité digne de ce lieu de mémoire.

Les trois figures principales des allégories de la Ville de Besançon et de l’enfant, du soldat partant et du soldat revenant, éléments conservés de l’ancien Monument, ont été complétées par une oeuvre forte d’Ousmane Sow, 'L’Homme et l’Enfant', soulignant ainsi ce passage entre l’hommage que l’on devait aux disparus et cet espoir qu’il fallait porter sur l’avenir.

05(@Faubourg234)_S.jpgLe futur pôle multimodal et l’Esplanade : lieu de passage entre la gare et le centre-ville

Un pincement aménagé dans les parois ouvre un cadre sur la vieille ville qui conduit le public jusqu’à une antichambre, véritable belvédère sur le quartier bas. Réciproquement, ce dispositif permet d’offrir un cadrage privilégié sur l’esplanade depuis l’antichambre.

Les cheminements quotidiens organisés de cette manière permettent de longer le lieu de mémoire sans passer entre les Monuments, créant ainsi un rapport particulier à la mémoire des disparus et permettant la cohabitation de ces deux usages.

Fort de son nouvel aménagement, le parc offre aujourd’hui aux piétons un espace fonctionnel intégrant une liaison claire et lisible entre la gare et le centre-ville, accessible à tous.

06(@Faubourg234).jpgLe parc : une intervention contemporaine dans un site classé

Le parc des Glacis se situant sur les hauteurs de Besançon, c’est aussi une nouvelle fenêtre qui s’ouvre sur la ville, intégrant l’horizon au projet, comme une composition dans la continuité des parois en Corten.

Le dialogue entre le parc patrimonial et le nouvel aménagement s’établit à travers un vocabulaire contemporain, s’appuyant sur un dessin aux géométries épurées et par l’emploi d’une palette de matériaux restreinte, caractérisés par leurs natures brutes et sans artifice : l’acier Corten et le béton.

Cette sobriété permet de signaler avec subtilité les différentes interventions : les coupes nettes dans la topographie existante, la mise en place de l’esplanade, les socles des monuments replacés, les rigoles pour la récupération des eaux de pluie... La sculpture d’Ousmane Sow, en bronze patinée aux nuances ocre, participe de cette cohérence chromatique recherchée.

Le bandeau en Corten qui encadre l’intervention constitue le dispositif central du projet. Il cadre les vues depuis la Ville et le Parc, mettant en scène et magnifiant la végétation d’exception présente dans ce parc Vauban. Ce dialogue entre matière brute et arbres majestueux surprend le regard du promeneur par des points de vue inhabituels.

07(@Faubourg234).jpgImpact attendu

Au-delà d’un transfert de monument, il s’agit de recomposer un lieu de mémoire en s’interrogeant sur le sens du témoignage transmis aux générations futures et en s’assurant du bon fonctionnement de l’aménagement à l’occasion des différentes cérémonies de commémorations.

Le 18 juin 2013, le nouveau lieu de mémoire fût inauguré lors de l’anniversaire de l’appel du Général de Gaulle, offrant ainsi aux anciens combattants et aux habitants un moment de communion et de partage fort.

Cet aménagement de l’espace public a permis d’offrir dans un écrin de verdure un lieu de recueillement au caractère contemporain loin de la rumeur de la ville. Il nous apparaît comme l’illustration de la capacité d’une ville à créer un renouveau urbain et paysagé en y réintégrant un patrimoine fort tout en accueillant les usages de la ville de demain.

2/3/4/ architecture

08(@Faubourg234)_S.jpgFiche technique

Lieu de mémoire dans le parc des Glacis à Besançon (25)
Maîtrise d’oeuvre pour la mise en place d’un lieu de mémoire dédié aux combattants morts pour la France dans le parc des Glacis
Surface : 2.500m²
Coût travaux : 850.000€ HT
MOA : Ville de Besançon (25)
MOE : Faubourg 2/3/4/ - Paysagiste / Agate Mordka et Aiala Olaberria chargées de projet
Calendrier : Lauréat concours juillet 2011 / Démarrage des études : septembre 2011 / Démarrage du chantier : septembre 2012 / Livraison : mai 2013 / Inauguration 18 juin 2013

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 d'AIA Life Designers

En 2018, AIA Life Designers a livré la réhabilitation du Grand Hôtel-Dieu, lieu historique emblématique de la ville de Lyon qui accueille désormais un programme mixte très riche. L’agence a...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Ibos et Vitart

Rénovation et extension du site du Quai d'Orsay – Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International – Paris, France – concours 2016, études en cours   «Le projet...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 d'Inessa Hansch Architecte

IHA est une agence d’architecture crée à Paris en 2007 par l’architecte Belge Inessa Hansch. L’agence répond à deux types de commandes, la définition de structures à grande échelle...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de NBJ

En 2018, l’agence poursuit ses engagements multiples. Quelques concours perdus comme le groupe scolaire de Montpellier ou le projet Ville Port de La Grande Motte qui a été l’occasion d’une belle collaboration avec...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Métra+Associés

La livraison du collège et de la crèche rue des Pyrénées et des maraîchers dans le 20ème arrondissement de Paris  achève le grand projet mixte de remodelage urbain regroupant un centre-bus de la...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Antonini Darmon

Des concours aux chantiers et vice-versa : une année en grand écart, émaillée de quelques récompenses (c’est bête mais ça fait toujours plaisir…) Ces récompenses, nous les avons...[Lire la suite]