Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Learning from Marseille (20-02-2019)

A l’heure où les PPP ont été, dans la cité phocéenne, remis en cause par le Tribunal Administratif*, l’Université d’Aix-Marseille livre son nouvel équipement «signal», l’Hexagone, dont les plans ont été judicieusement conçus par Rémy Marciano dans le cadre d’un partenariat public privé. Sur les murs, les traces de la lutte demeurent…

Marseille | Rémy Marciano

Le soleil brille. Les façades de l’Hexagone, au coeur de Luminy, n’en sont que plus étincelantes. Ebloui, le visiteur perçoit tout de même quelques curiosités dans les finitions… Un mirage ? Un PPP !

Rémy Marciano se fait courtois et n’évoque que du bout des lèvres ses conditions de travail. La faillite d'un sous-traitant en cours de chantier laissait même imaginer bien pire...

02(@TakujiShimmura).jpg

Cependant, que l’entreprise générale refuse de peindre en blanc quelques attaches métalliques témoigne, par exemple, de son désintérêt pour l’architecture… L’attitude frise malheureusement le pathétique.

L'université aura malgré tout eu la bonne idée de proposer, lors du concours, de conserver l’ancien restaurant universitaire présent sur la parcelle.

L’édifice hexagonal érigé dans les années 70 n’avait pourtant aucune qualité apparente. Sur pilotis, il proposait, en belvédère, une vaste cantine.

06()_S.jpeg

Rémy Marciano, plutôt que d’étendre l’ancienne construction a pris le parti d’en faire un support original pour une proposition nouvelle. L’architecte s’est décidé à construire tout autour du bâtiment pour, in fine, en dévoiler les qualités.

07().jpg

C’est du moins ce que tout un chacun devine en pénétrant dans ce « learning center »… puisqu’il s’agit là d’un learning center si l’on se réfère aux termes employés lors du concours.

Le visiteur découvre, dès l’une des trois entrées franchies, des espaces monumentaux. Le hall est plus que généreux. D’aucuns y notent, dans son prolongement, la présence d’un espace d’exposition ou encore d’un gradin laissant espérer l’organisation de quelques événements. Plus loin, un agréable patio offre un petit théâtre de plein-air.

03(@TakujiShimmura)_S.jpg

Ces espaces sont réjouissants. Etaient-ils seulement voulus par la maîtrise d’ouvrage ? Derrière ce snobisme linguistique de « learning center » (abandonné depuis, fort heureusement, pour l'Hexagone) se cachent bien des lacunes programmatiques aux allures d’imprécisions…

Même s’il y avait, dans un cahier des charges rigoureux, un ensemble de données chiffrées et métrées appelant, entre autres, la réalisation d’une bibliothèque, de salles de cours, d’espaces de réunion, de réserves… bien des interstices et des non-dits réclamaient une part de liberté.

04(@TakujiShimmura).jpg

Rémy Marciano, en fait de gratuité, s’est davantage évertué à penser une parfaite flexibilité. In fine, le hall semble pouvoir servir aussi bien d’espaces de représentation que de réunion. Il y a là, sûrement, un très bel exemple de ce qu’ont péniblement promu, l’année dernière, à Venise, les deux irish mamy’z à travers le concept de « freespace ».

L’ancienne structure – « Je l’ai utilisée, j’en ai abusé », revendique l’architecte en étant absorbée par la nouvelle construction en fait toute la qualité. Les piliers de 6 mètres de haut qui portaient autrefois le restaurant universitaire encadrent aujourd’hui un espace qu’il aurait été, dans d’autres conditions, impossible de réaliser… encore moins dans le cadre d'un partenariat public privé.

05(@TakujiShimmura)_B.jpg

C’est là, dans l’utilisation d’un vestige moderne de béton brut, toute l’intelligence d'un projet comprimé d’un côté par un budget serré et, de l’autre, par les objectifs financiers d’un PPP.

Cette noblesse trouvée à peu de frais fait aujourd’hui le succès de l’opération au regard des usagers. Les chiffres de fréquentation parlent d'eux-mêmes : ils dépassent toutes les espérances et plus de mille étudiants se pressent chaque jour vers ce nouvel Hexagone... bravo l'architecte!

Jean-Philippe Hugron

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de SCAU

Une année 2018 pleine d’effervescence pour le collectif de SCAU : Search & Create Alternative Uses !... A commencer par la sortie en librairie aux éditions Park Books de Creatures of the City qui donne à lire de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de DE-SO

Durant l'année 2018, ici et ailleurs, l'agence DE-SO  poursuit le développement de  projets urbains et d'architecture. De récentes livraisons lui ont valu d'exposer son travail en Angleterre, en Allemagne, en Italie,...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 d'Engasser & associés

Encore une année à 100 à l’heure pour l’agence Engasser & associés !  2018 aura été intense, rythmée par une douzaine de concours, de belles réussites, un certain nombre de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Atelier(s) Alfonso Femia

Atelier(s) Alfonso Femia est la nouvelle dénomination de l’agence 5+1AA depuis 2017.  Les Atelier(s) Alfonso Femia développent des projets participant à la transformation des villes méditerranéennes et...[Lire la suite]

Une villa possède une relation unique, poétique avec son parc ; un dialogue fait de références visuelles et de perceptions, de relations collectives et «intimes». Notre proposition veut créer un moment de réflexion afin de permettre à la Villa Bo

Album-photos |L'année 2018 de NeM

NeM vous présente deux projets : la collection d’art africain de la Congrégation du Saint-Esprit et le Siège de WWF France.[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Gilbert Weil

AuroreLe permis de démolir était en cours.Mais “La tour prends garde de te laisser abattre“ a été entendu.[Lire la suite]